Archives pour la catégorie Circonscription

A tous les habitants des communes d’Arcueil, Cachan, Gentilly et Villejuif,

Mardi 20 juin 2017

 

A tous les habitants des communes d’Arcueil, Cachan, Gentilly et Villejuif,

Merci de votre confiance….

Après les élections législatives qui viennent de se dérouler, et en ce jour où s’achèvent mes fonctions de député de la 11ème circonscription du Val de Marne que j’ai exercées pendant trois mandats, je tiens à vous exprimer, habitants des communes d’Arcueil, Cachan, Gentilly et Villejuif, ma fierté d’avoir pu vous représenter à l’Assemblée Nationale.

Honoré de votre confiance, j’ai voulu traduire le plus sincèrement vos  attentes et vos exigences. Si les approches politiques peuvent parfois laisser apparaître des divergences, voire des contradictions, dans les mesures législatives qu’il appartient aux élus de la Nation d’élaborer, je n’ai jamais cessé de vouloir participer au bien commun et à l’intérêt général.

J’ai toujours voulu placer et préserver, au cœur de mes engagements, le respect des valeurs républicaines, des principes de justice sociale et d’humanité, d’attention à tous et donc, d’autant plus nécessairement, aux plus fragiles et aux moins favorisés. J’ai voulu le progrès dont chacun doit bénéficier, la liberté, l’égalité et la Fraternité dont chaque républicain est gardien, la solidarité et la laïcité.

Pour ce faire, j’ai tenté de ne ménager ni mes capacités ni mon ardeur au travail, trouvant dans l’activité souvent ingrate du député, la complexe satisfaction de l’ouvrage accompli avec conscience, mais en sachant que la finalité et les objectifs recherchés n’ont pu être totalement atteints.

Dans cette époque ou l’essentiel, le profond et le compétent cèdent le pas aux apparences, au simplisme et au superficiel, je pense que l’engagement politique fondé sur des valeurs sociales et humanistes reste au cœur du progrès et contient toujours les vraies et  belles promesses d’avenir.

J’ai participé à l’élaboration législative de très nombreuses politiques publiques comme le logement, la politique de la ville ou la justice. J’ai travaillé sur les grands projets institutionnels ou de stratégies territoriales métropolitaines, d’infrastructures et de redéploiement de l’action publique. A travers mes différents mandats d’élu local j’ai pu aussi participer à leur mise en œuvre, en particulier, pour favoriser et accentuer le développant de nos beaux territoires du Val de Bièvre et de la Vallée Scientifique de projets, en contribuant ainsi à améliorer la vie quotidienne des habitants. Je pense en particulier au réseau du Grand Paris Express avec les quatre gares mais aussi à Campus grand Parc.

Les responsabilités que je continue d’exercer à Cachan comme sur le territoire du Grand-Orly Seine Bièvre ou dans la Métropole du Grand Paris, vont me permettre de poursuivre, avec mes collègues élus, cette démarche originale de coopérative de villes et de réseaux de mutualisation des projets et des moyens, au service de nos populations.

J’éprouve une immense gratitude pour vous, femmes et hommes avec qui, depuis ma naissance, je parcours un même  chemin de vie, dans nos communes que l’on appelait la banlieue. Je vous remercie de m’avoir fait vivre cette  singulière circonstance de devenir, en votre nom,  élu de la Nation, d’avoir reçu votre confiance et de me l’avoir renouvelée à deux reprises.

Et parmi tous les beaux moments qu’il m’a été donné de vivre au Palais Bourbon, l’accueil des milliers d’enfants, venant des écoles, collèges et lycées de nos quatre communes de la circonscription, demeurera parmi les plus heureux et émouvants. J’ai aimé rire, avec eux, de la perplexité que leur inspirait ma question: « lequel d’entre vous se trouvera, un jour, à ma place? ».

A vous tous, j’exprime des vœux chaleureux et fervents, comme à tous les  élus Maires et  Conseils Municipaux de nos communes et de notre Territoire du Grand-Orly Seine Bièvre, à tous les fonctionnaires des collectivités et établissements communaux.

Je souhaite continuer à partager, avec chacun de vous, une même aspiration pour une vie plus fraternelle, plus respectueuse de la dignité et la liberté de chacun, plus soucieuse de protéger notre environnement  tout en luttant contre les inégalités sociales et les discriminations qui érodent le pacte républicain et génèrent tant d’insupportables souffrances. Et pour laisser à  nos enfants, un monde meilleurs.

Je reste parmi vous et avec vous.

Jean Yves Le Bouillonnec
Ancien député de la 11ème circonscription du Val de Marne
(Arcueil-Cachan-Gentilly Ouest-Villejuif)

 

Communiqué de Jean-Yves le Bouillonnec

En novembre dernier, les militants des quatre sections socialistes de la 11ème circonscription du Val de Marne, m’ont renouvelé leur confiance en me demandant de me présenter à nouveau aux suffrages des électrices et électeurs, à l’occasion des  législatives de juin prochain.

Je leur exprime ma reconnaissance pour le soutien sans faille qu’ils m’ont apporté, dans l’accomplissement de mes mandats de député, depuis 2002.

Cette investiture est intervenue alors que les désignations des candidats à l’élection présidentielle n’étaient pas encore achevées.

J’ai apporté mon parrainage à Benoit Hamon qui a remporté les primaires organisées par le Parti socialiste et les formations politiques partenaires, en loyauté et en fidélité avec le Parti Socialiste et ses militants, non sans redouter cependant que ce choix ne provoque de sérieuses, lourdes et peut-être irréversibles dissensions en son sein, comme en celui de l’ensemble de la gauche.

Je conserve en effet, avec tristesse et amertume, la mémoire de tout ce  qui a dégradé l’action de la majorité présidentielle et l’a affaiblie, alors même que les députés qui la composaient ont, pour la plupart d’entre eux et inlassablement, assumé leurs responsabilités. Comme ces derniers, je n’ai ménagé ni mon temps, ni mon travail pour surmonter ces difficultés, dans l’intérêt de notre pays et du peuple de France. Il  était essentiel d’apporter au gouvernement un soutien pour assurer le redressement nécessaire, pour surmonter les menaces terroristes qui nous ont douloureusement meurtris, pour engager et poursuivre une œuvre de réforme dans la justice sociale, la solidarité, le progrès et la paix.

Je ne suis pas épargné par le  ressentiment envers ceux qui, socialistes, rompant avec l’obligation d’unité et l’exigence de responsabilité à l’égard d’un Président et d’un gouvernement socialistes, ont provoqué la tourmente dans laquelle se trouve aujourd’hui notre camp et les menaces qui pèsent sur son avenir.

A quelques semaines de l’échéance présidentielle, les questions restent entières. Les perspectives de construire une majorité de gauche solide, élargie, cohérente dont le cœur serait la démocratie sociale, le réformisme, le choix du progrès portés dans une volonté d’assumer les responsabilités de gouvernement sont, aujourd’hui plus encore qu’hier, incertaines et aléatoires.

Entre la loyauté au Parti socialiste, à son histoire, à ses combats et la réalité qui se dessine d’un redéploiement total des composantes de la sphère politique, à l’évidence nécessaire, je considère ne plus être en capacité de répondre à cette situation qui appelle, sans nul doute, la sollicitation de ceux et celles qui peuvent incarner cette évolution, cette clarification et peut être, ce renouvellement.

Je fais donc le choix, en conscience et en responsabilité, de retirer ma candidature. J’invite les militants socialistes de la circonscription à désigner l’un(e) des nôtres, Val de Marnais, qui sera mieux à même de répondre à ces exigences nouvelles et  permettra aux valeurs incarnées par le Parti socialiste de demeurer présentes à l’Assemblée Nationale. Car c’est bien eux qui ont la légitimité pour désigner le(la) socialiste qu’ils veulent présenter aux électeurs, comme il l’ont toujours fait.

J’ai toujours voulu rester fidèle à la confiance dont  mes électeurs m’ont honoré à trois reprises. Je le demeure à ce territoire du Val de Bièvre, aux communes qui le constituent et à leurs habitants,  avec qui je partage un même chemin de vie depuis toujours, et à qui j’adresse toute ma gratitude et mes chaleureuses pensées. Je vais demeurer à leurs côtés.

Education nationale, carte scolaire 2017-2018 : copie à revoir !

lettreiaLe gouvernement a créé près de 55 000 postes dans l’Education nationale, Ministère qui est le premier budget de l’Etat. Je trouve donc très surprenante la nouvelle carte scolaire élaborée par la direction départementale de l’Education nationale.

Cette dernière prévoit seulement l’ouverture de 14 classes alors que dans le même temps, l’Académie s’attend à l’arrivée de plus de 1 600 élèves. Plus précisément, je m’inquiète que rien ne soit prévu pour les besoins des établissements prioritaires et l’amélioration des conditions de travail des enseignants.

Lire la suite

La réserve parlementaire 2016 est publiée sur le site de l’Assemblée nationale…

Il y a quelques jours, je saluais sur ce blog la volonté sans faille de Claude Bartolone de moderniser l’Assemblée nationale. Ce travail s’est traduit notamment par la transparence autour de la « réserve parlementaire ».

Tout d’abord, il a harmonisé le montant des enveloppes : Un montant unitaire de 130 000 € est attribué par député, les groupes ont toute liberté pour répartir ce montant global entre députés. Le groupe socialiste a fait le choix d’attribuer scrupuleusement à chaque député, le même montant 130 000€. Ensuite, il a systématisé la publication annuelle des montants et des bénéficiaires sur le site de l’assemblée nationale.

Pour ma part et ce depuis que je suis député, je me suis fixé comme principe d’attribuer cette enveloppe à tour de rôle à chacune des 4 villes de la circonscription en accord avec les Maires. Lire la suite

Hier, François Hollande et Anne Hidalgo, Maire de Paris entouraient les rescapés et les familles des victimes des attentats du 13 novembre 2015 lors de commémorations où seuls les noms des vies fauchées par la barbarie résonnaient dans le silence et la peine.

Et puis, à la nuit tombée, quelques bougies sur les fenêtres dansaient dans la fraîcheur de cette fin d’automne et ravivaient les souvenirs. Comment oublier ? Chacun se souvient, ce qu’il faisait, où il était, au moment où il a entendu cette nouvelle inconcevable tout autant que brutale.

Et puis les images des corps blessés, des regards perdus, du sang, des larmes, toute la nuit, jusqu’au petit matin avec son décompte de blessés et de morts qui n’en finissait plus.

Et puis, le courage d’inconnus aux gestes qui sauvent. Et celui des pompiers, secouristes, personnels hospitaliers, policiers ou des forces de l’ordre, qui donnent toujours le meilleur de ce qu’ils sont et de ce qu’ils font.

Et puis ce que nous sommes, nous aussi, depuis les attaques de Charlie et de l’Hypercasher, au lendemain de cette nuit tragique, de Nice, de Saint Etienne du Rouvray, cette France attaquée qui tente de se rassembler. Cette France qui aime sa liberté, sa diversité, sa fraternité et qui veut faire face. Cette France dont les valeurs sont plus fortes que ses difficultés.

« Nous sommes un peuple » titrait le quotidien Libération le 11 janvier 2015. Oui, nous sommes un peuple libre et notre République est forte. Restons unis et debout, notre cohésion et notre unité feront barrage aux fanatismes et aux extrémismes.  Notre combat est là. Aujourd’hui, plus que jamais.

nous-sommes-un-peuple